T’ang Haywen   (1927-1991)

haywen.jpg"Notre sensibilité profonde, liée à l’inconscient, ne peut se développer et grandir que nourrie par le tangible, c’est-à-dire, en ce qui concerne la peinture, par le rappel dans notre mémoire consciente d’expériences sensibles profondes et durables vécues par nous dans le monde réel" - T'ang Haywen.
 

Le « métissage » esthétique entre paysagisme chinois et art gestuel français confère à l'artiste une place à part  dans l’histoire de la peinture, laquelle est reconnaissable à première vue par ses formats, puis par son style, lyrique, paysagiste, symboliste. Il n’acceptait pas le terme d’abstraction mais plutôt celui de naturaliste, taoïste et poétique.

T'ang Haywen a beaucoup travaillé dans des formats standards, en particulier en réunissant deux feuilles de 70 X 50 cm, pour obtenir des diptyques de 70 X 100 cm.

Les oeuvres de l'artiste sont présentes notamment dans les institutions suivantes : Menil Mollection Houston,Art Institute of Chicago, M+ Hong Kong 

Portrait par Yonfan Manshih, 1991 - courtesy of Yonfan Manshih & Philippe Koutouzis  
 
 
 “Our profound sensibility, related to the unconscious,can develop and grow only nourished by the tangible, that is to say, as what regards painting, by the recall in our conscious memory of profound and lasting sensible experiences lived by us in the real world "
- T'ang Haywen. Portrait par Yonfan Manshih, 1991 - courtesy of Yonfan Manshih & Philippe Koutouzis