Pierre Dmitrienko (1925-1974)

 

DmitrienkoPierre Dmitrienko est né à Paris, il est à la fois peintre et sculpteur. Sa mère était d’origine grecque et son père d’origine russe, ayant fuit sa patrie lors de la révolution. Encouragé par son grand-père, Édouard Debat-Ponson, peintre de paysages impressionnistes, il s’intéresse tôt à la peinture. Il suit ses études secondaires à Neuilly puis entre en 1944 à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris où il étudie pendant deux ans l’architecture et choisira ensuite de se consacrer à la peinture.En 1946, Pierre Dmitrienko devient élève d'un hollandais établi à Montparnasse avec Lazmann et Rezvani.Dès l'automne 1947, Aimé Maeght expose ce groupe d’artistes nommé « Les Mains éblouies », avec le trio Lanzmann, Dmitrienko, Revzani et d’autres jeunes créateurs qui partageaient leur perception de la peinture.

Pierre Dmitrienko tend vers une approche poétique de l'essence de la vision. Dans les années 1950, il réalise une œuvre où il dépouille l'univers qui l'entoure de toutes ses références précises à la réalité. Sa technique est faite de transparences, de glacis, où s’émeuvent les fluidités de la matière et les modulations des tons. Les sentiments que ressent l’artiste devant la nature et ses espaces sont exposés sur la surface picturale, avec force et intensité.Il réalise ensuite des oeuvres aux formes ovales à dimension anthropomorphique affublées d’éléments plastiques, faisant écho aux atrocités humaines et qui ne sont pas sans rappeler l’approche de Jean Fautrier, avec la série « Otages ».

De 1947 à 1950, Pierre Dmitrienko expose chaque année aux côtés de Chapoval, Rezvani, Arnal à la galerie de Aimé Maeght, pour l’exposition annuelle des « Mains éblouies ».  Il participe à plusieurs salons, notamment le salon de Mai et celui des Réalités Nouvelles ainsi qu'à des expositions collectives internationales.