Olivier Debré (1920-1999)

 

olivier debre

Olivier Debré est né à Paris dans une famille de médecins et d’artistes. Il tient une place fondamentale dans le mouvement de l’Abstraction lyrique ou gestuelle, aux côtés de Serge Poliakoff, Hans Hartung, Pierre Soulages et Nicolas de Staël.

Très tôt il peint et dessine. En 1938 il sort diplômé de l’école des Beaux-Arts dans la section architecture. Olivier Debré se consacre à la peinture en 1940 et son expression picturale est faite de larges surfaces colorées, la toile est construite d’espace et de lumière.

En 1945 il se tourne véritablement vers une peinture abstraite, à la gouache et à l'encre de Chine. Il fréquente Nicolas De Staël, Serge Poliakoff, et Pierre Soulages, ce qui le mène à adopter une technique picturale par plans de couleurs appliquées en couches épaisses au couteau. Il s’exprime par la force des pigments et le mouvement de la brosse. Il voyage à travers le monde et ses oeuvres s’en trouvent imprégnées.

Dans les années 1960, il fréquente des artistes expressionnistes abstraits américains comme Kline, Rothko, ou Olitski. Sa palette chromatique intense et lumineuse devient caractéristique de son style. Il affirme que la toile agit comme le support de la matérialisation de ses émotions, notamment celle qu’il ressent devant des phénomènes naturels, les tempêtes, typhons, crues. Il s’exprime principalement à travers de grands formats et réalise plusieurs commandes publiques d’envergures internationales. Ses oeuvres tendent vers le monochromatisme et s’étendent largement dans l’espace.

 

Expositions institutionnelles :

1967 : il représente la France à l'Exposition Universelle de Montréal

1995 : une rétrospective est organisée à la Galerie Nationale du Jeu de Paume, puis  voyage en Europe et en Amérique Latine.

1980-90 : il est sollicité pour des commandes publiques pour les rideaux de scène des opéras de la Comédie Française, de Shanghai, de Hong-Kong, pour la Faculté de Médecine de Toulouse, l’Hôtel de ville de Boulogne-Billancourt par exemple.